La sécurité de la frontière : source de préoccupation pour le nouveau gouvernement

157

Le gouvernement Latortue se propose de mieux contrôler la frontière haitiano-dominicaine . Ce projet paraît ambitieux quant on sait que la présence policière est généralement limitée sur cette frontière qui s’étend sur plusieurs centaines de kilomètres . Longtemps demeurée une véritable passoire, côté haitien, la frontière hatiano-dominicaine est aujourd’hui l’un des élements prioritaires pour le gouvernement en place sur le plan de la sécurité. Une sécurité au rabais , s’il faut le mentionner compte tenu du contexte actuel des choses dans le pays. La détermination au niveau des autorités ne semble pas faire défaut chez le ministre de l’intérieur, de la sécurité nationale et des collectivités territoriales , Hérard Abraham. Mais l’ancien chef de l’Armée reconnaît les moyens dont il dispose sont loin de suffire . Beaucoup d’efforts sont à consentir pour mettre la frontière sous contrôle des forces de l’ordre, poursuit M. Abraham d’autant que seulement 40 % de notre ligne frontalière est contrôlée par les autorités . Et pour inverser la tendance , l’ancien général des forces armées ne compte pas uniquement sur les éléments en fonction actuellement dans la police. Comme cela a toujours fait partie de son plan , Hérard Abraham mise également sur ses frères d’armes , bien entendu dans la mesure du possible. Un important échange commercial est enregistré entre Haïti et la République Dominicaine . La frontière est également le lieu de trafics illicites .