La ville de Petit-Goave réclame justice pour le journaliste assassiné Brignol Lindor. La police arrête un nouveau suspect

272

Plusieurs centaines d’habitants de Petit-Goave (Ouest de Port-au-Prince) ont manifesté dans les rues de la ville, le lundi 3 juin 2002, à l’appel de l’Association des Journalistes de Petit-Goave (AJPEG) et du Collège Centre Secondaire de la Caraïbe (CSC) pour réclamer justice en faveur de Brignol Lindor. Les manifestants protestent contre la lenteur de l’appareil judiciaire à faire le jour sur l’assassinat du responsable de la salle des nouvelles de Radio Echo 2000, le 3 décembre 2001. Les contestataires s’en prennent également à la police qui , selon eux , refuse d’exécuter les mandats alors que les présumés criminels circulent dans les rues. Aucun incident n’a été enregistré durant la manifestation qui a abouti devant le Palais de Justice de la ville . En marge de la marche , la police a procédé à l’arrestation du dénommé  » Colbert  » considéré comme un des présumés exécutants du journaliste . Il s’agit du cinquième accusé appréhendé par la police sur environ une vingtaine de mandats délivrés par la justice . Outre Colbert ainsi connu , les forces de l’ordre ont mis aux arrêts Fritz Doudoute , ex-sergent de l’armée , conseiller de l’Organisation Populaire (OP) Lavalas  » Domi nan Bwa  » qui avait avoué au dirigeant de l’Association des Journalistes Haitiens (AJH) , Guyler C Delva , que cette OP avait tué un membre de la Convergence (Opposition ) et non un journaliste . Sont également sous les verrous , Fedner Saintvilus alias « Ti Lapli », asec Lavalas ; Fritz Hippolite alias  » Ti Florian » et Maxi Zéphir , un élève accusé d’avoir tiré la première pierre sur le véhicule du journaliste avant son lynchage . L’ancien maire adjoint de Petit-Goave , Dumé Boni , qui , en conférence de presse le 29 novembre 2001 avait réclamé l’application de la méthode  » zéro tolérance  » , prônée par le président Jean Bertrand Aristide, contre Brignol Lindor a été entendu par le juge d’instruction qui a décidé pour le moment de le laisser en liberté . Brignol Lindor ,journaliste à Radio Echo 2000, animateur d’une émission d’analyse politique, a été tué à coups de machette dans la journée du 3 décembre 2001 par des membres de l’Organisation Populaire Lavalas « Domi nan Bwa  » qui ont avoué leur crime .

Publicité