L’assainissement de la justice est indispensable

531

Une cinquantaine de magistrats ont été écartés au cours des deux dernières publications de listes de Certification du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ). C’est justement le nombre de magistrats corrompus que le président Jovenel Moïse avait été contraint de nommer. À l’époque cette déclaration avait provoqué un tollé.


Le juriste Samuel Masistin une fois de plus soutient que le président devait résister et ne pas nommer des corrompus.
Au cours des deux dernières années moins de 200 juges ont été certifiés.


Des organisations de défense des droits humains appellent à une intensification du processus de certification.
Il y a plus d’un millier de juges dans les 18 juridictions du pays.

Dans la dernière liste du CSPJ figurent d’éminents magistrats ayant traité des dossiers sensibles. Parmi les dossiers brûlants qui ont fait fuir des juges intègres figurent l’affaire Pétrocaribe, les dossiers de corruption de parlementaires, les dossiers de kidnappeurs et de gang.


de Nombreux spécialistes se réjouissent de l’extension des investigations de la commission technique de certification sur les parquetiers.
Les chefs des parquets et leurs substituts relèvent du ministère de la justice. En règle général ce sont des avocats qui occupent ces fonctions de magistrats debout.
De nombreux spécialistes alertent sur la nécessité d’établir une frontière étanche entre la magistrature et l’avocarure.

LLM / Métropole Haïti

Publicité