Le chef du Parquet de Miragoâne au centre d’une polémique

391

Jean Ernest Muscadin, le chef du Parquet de  Miragoâne ,  ne laisse personne indifférent.

Il est soit critiqué soit adulé en raison de sa réaction très énergique contre les bandits. <br><br>

Le commissaire du gouvernement ne dissimule nullement que des bandits avaient été tués par les forces de l’ordre.

Objet de critiques de la part d’une organisation de défense des droits humains,  le commissaire du gouvernement serait également menacé par ses supérieurs hiérarchiques au ministère de la justice. <br><br>

Il ne s’agit pas du premier commissaire du gouvernement qui endosse un costume de Shérif.

Claudy Gassant, et Danton Léger entre autres avaient également été en première ligne de la lutte contre les bandits. <br><br>

L’opinion publique est divisée sur l’affaire.  Certains appuient le commissaire Muscadin arguant qu’il s’agit de l’une des rares réactions énergiques des autorités judiciaires  contre les bandits.<br><br>

Le commissaire Muscadin utilise un langage peu orthodoxe pour répondre aux bandits. Il affirme ouvertement qu’il est disposé à abattre les criminels qui veulent semer la terreur dans sa juridiction.

Il entend s’acquitter efficacement de sa noble mission et rapporte des menaces proférées à son encontre par les bandits.<br><br>

Les supporteurs de Muscadin dénoncent la passivité qui caractérise la quasi-totalité des chefs de Paquet dans les 18 juridictions. Ils espèrent que Muscadin pourra inspirer ses collègues.

Il n’y a pas de bandits dans les Nippes,  assure le chef du Parquet désormais préoccupé à protéger ce havre de paix. <br><br> LLM /  Métropole Haïti