Le gouvernement , complice des chefs de gangs ,selon des manifestants.

374

Faut il avoir recours à la loi ou à la force pour freiner la terreur des gangs ? c’est le dilemme des citoyens et autorités.
Pris en tenaille par les gangs dans les axes routiers stratégiques les citoyens haïtiens réclament à cor et à cris une intervention énergique pour rétablir l’ordre.


Aux Gonaives et à Jacmel des manifestants étaient dans les rues pour réclamer une amélioration des conditions de vies de la population.
L’ex president du Sénat, M. Youri Latortue, revient dans les rues dans le cadre de la reprise des manifestations anti gouvernementales.


Aux Cayes et à Miragoane des milliers de personnes ont exprimé leur appui à des chefs de Paquet, réputés pour leur ténacité dans la lutte contre les gangs.
Le commissaire du gouvernement des Cayes, M. Ronald Richmon, a été porté à bout de bras par une foule en liesse. Les citoyens critiquent les avocats du barreau qui ont réclamé le limogeage du magistrat. De nombreux avocats sont considérés comme des corrompus par l’opinion publique.


À Miragoane c’est le commissaire Jean Ernest Muscadin qui jouit d’une grande estime des citoyens. Il est considéré comme le justicier.
Les chefs de Paquet sont perçus comme des protecteurs par les citoyens qui se considèrent comme livrés en pâture aux gangs.
Pire les chefs de Paquet sont vus comme des personnalités indépendantes de l’appareil d’état.


Le gouvernement est jugé comme étant complice des chefs de gangs qui terrorisent impunément les simples citoyens.

LLM / Métropole