Le parti au pouvoir renoue avec les pratiques des dictatures précédentes, selon une chaine de télévision franco-allemande

180

“Haïti renoue avec la dictature”, c’est le titre d’un reportage diffusé par la chaine de télévision franco-allemande “Arte”. Dans ce documentaire “Arte” rappelle les promesses faites par le Président Aristide au cours de sa campagne électorale. Il avait promis monts et merveilles, aujourd’hui plus personne n’y croit, souligne la chaine de télévision franco-allemande qui dénonce les violations des droits humains et la misère en Haïti. Dans ce reprotage sur Haïti diffusé par la chaine franco-allemande “ARTE”, le journaliste fait état de trois (3) images les unes aussi différentes que les autres qui illustrent la réalité haïtienne et qui montrent l’inégalité criante de la vie dans ce pays. Le Palais National et les bidonvilles, images de la richesse du pouvoir et de la pauvreté dans la capitale haïtienne. “C’est un pays qu’on a tendance à fuir, contrairement à la république voisine”, commente le reporter qui a séjourné en Haïti au cours du mois dernier. Pascal Riedinger quitte le pays avec des images montrant une Haïti dont l’économie est à la dérive, la criminalité en constante augmentation. L’article de “Arte” souligne sur le plan politique l’activité des “chimères” décrite comme une milice proche du parti au pouvoir et du président Aristide. Cette milice, selon le journaliste n’a rien à envier aux tontons macoute du régime duvaliériste et elle fait la loi dans les quartiers. « Arte Info » fait remarquer que 80 % de la population vit en dessous du seuil de la pauvreté, le trafic de la drogue a repris de plus belle et le parti au pouvoir renoue avec les pratiques des dictatures précédentes. Le detestable climat de violence qui règne dans le pays depuis les élections de mai 2000 fait que toute personne qui s’oppose à Fanmi Lavalas est aussi exposée à la vindicte populaire. Le reporter rappelle qu’à Petit Goave le journaliste Brignol Lindor avait été assassiné pour avoir invité des membres de l’Opposition dans son émission radio. L’opération « tolérance zéro » lancée par le président contre les criminels s’applique également aux opposants politiques et bien sûr aux journalistes dont Brignol Lindor, précise la chaine de télévision Arte Info. Un homme du pouvoir l’avait publiquement dénoncé comme quelqu’un à abattre. Et Brignol Lindor a été abattu, selon un diplomate en poste à Port-au-Prince. Dans ce reportage, Pascal Riedinger rappelle que de janvier 2000 à nos jours des journalistes ont été tués en Haïti et une quinzaine d’autres n’ont eu pour choix que l’exil.

Publicité