Le RDNP justifie son divorce d’avec la Convergence

194

Le secrétaire général du Rassemblement des Démocrates Nationaux Progressistes (RDNP) , Leslie François Manigat, renouvelle ses critiques vis-à-vis de la Convergence Démocratique . Dans une interview accordée à Radio Métropole , ce lundi 8 avril 2002, le dirigeant du RDNP a justifié le retrait de son parti de la Convergence Démocratique et a réaffirmé son opposition à la stratégie appliquée par la principale coalition de l’Opposition dans son combat contre Lavalas à savoir : mobilisation et négociation à la fois. L’ancien président( février à juin 1988) considère que la Convergence fait fausse route avec une telle disposition puisqu’elle ne vise en fait , selon Leslie F. Manigat , qu’à un partage du pouvoir avec Jean Bertrand Aristide . Le professeur Manigat déclare ne pas comprendre l’attitude des dirigeants de la Convergence qui ,au lendemain de l’incendie des locaux de l’Opposition par des partisans du pouvoir , affirmaient que Lavalas avait fermé les portes des négociations et qui aujourd’hui se déclarent en faveur d’un accord politique négocié .Interrogé sur la marge de manoeuvre réduite de l’Opposition dans sa lutte pour obtenir le départ du président Aristide face au plein soutien de la communauté internationale au processus de négociations , le le dirigeant du Rassemblement des Démocrates Nationaux Progressistes , a rappelé que la communauté internationale avait également reconnu le président du Pérou ,Alberto Fujimori. Leslie F. Manigat a précisé que l’international avait fini par laisser tomber le régime Fujimori en butte à une forte contestation populaire en raison de son caractère corrompu et autocratique . D’un autre côté, M. Manigat a dénoncé le comportement contradictoire de la Convergence face à l’accord du 1er mars 2002 autorisant le déploiement de la mission technique de l’Organisation des Etats Américains (OEA) en Haiti . Le dirigeant du RDNP a cité les propos d’un responsable de la Convergence selon lesquels cette mission est une nouvelle forme d’occupation du pays alors que la principale coalition de l’Opposition allait un peu plus tard saluer l’arrivée des experts de l’OEA. Leslie F. Manigat estime urgent de redonner sa crédibilité à l’Opposition et fait part de la nécessité d’une reconfiguration au niveau de la classe politique en Haiti .

Publicité