Le secteur privé accueille favorablement le prochain dépot au Parlement des lois sur la relance économique .

85

Le secteur des affaires salue la soumission dès lundi prochain au Parlement des projets de loi d’incitation à l’investissement. Pour les industriels haïtiens, il était temps d’autant que la compétion régionale est très aggressive. Toutefois, l’Association des Industries d’Haiti (ADIH )insiste sur la nécessité de la stabilité politique. Des onze (11) projets de loi à soumettre par l’Exécutif au Législatif, certains portent sur l’adhésion d’Haïti au Marché Commun de la Caraïbe ( CARICOM) , la modification du code des investissements, la création de zones franches à travers le pays et les privilèges aux étrangers d’origine haitienne. Le secteur privé s’en réjouit et Marie Claude Bayard de l’ADIH séduit par l’initiative l’applaudit des deux (2) mains. Aux yeux des dirigeants de l’ADIH, tous les secteurs du monde des affaires devront bénéficier de ces dispositions qui viendront mettre les industriels haïtiens sur le même pied d’égalité que les compétiteurs étrangers . Marie Claude Bayard entrevoit déja certains avantages tels l’augmentation des échanges commerciaux et la création de nouveaux emplois avec la mise sur pied des zones franches. “C’est un pas de géant mais insuffisant” fait remarquer Marie Claude Bayard. Si nous votons des lois pour préparer le terrain, il faut créer un environnement pouvant rassurer les investisseurs locaux et attirer ceux de l’étranger , souligne la présidente de l’ADIH. Le développement économique et la stabilité politique vont de pair, poursuit Mme Bayard . Entre inflation, négociation, adhésion, intégration, Haïti cherche sa voie . Mais pour y parvenir, les décideurs politiques vont devoir composer avec les acteurs économiques du pays car là où l’on voit la politique, l’économie n’est pas loin.