Léon Charles et Pierre Espérance s’accusent mutuellement d’implication dans le magnicide

283

L’ex chef de la Police Haïtienne, M. Léon Charles et le  directeur du Réseau National de Défense des Droits Humains  (RNDDH), M.  Pierre Espérance, s’accusent mutuellement d’être impliqués dans l’assassinat du président M.  Jovenel Moïse. Intervenant séparément à l’émission Le Point de Télé Métropole, ils ont révélé des faits qui sont imbriqués dans la trame du magnicide.
M.  Charles soutient que le coordonnateur du RNDDH était l’un des initiateurs du mandat émis par un juge a l’encontre du président Moïse. Ce mandat était à la base de la soi disant tentative d’arrestation du président Moïse.
De plus il dénonce une une infiltration de la Police par les agents de M. Espérance.
De son côté M.  Espérance accuse l’ex chef de la Police d’avoir tout fait pour boycotter l’enquête. À ses yeux M. Charles a permis la fuite de plusieurs suspects clés parce qu’il était informé du déroulement de l’enquête de la DCPJ.
Il indique également que M. Charles avait refusé de mettre en service un appareil d’écoute des conversations téléphoniques. De plus il s’étonne que le chef de la Police ait refusé de solliciter la reconnexion du réseau entre la Police,  la DGI,  l’immigration,  l’ONI qui aurait permis de faire avancer l’enquête.
Si M.  Charles a assuré avoir demissioné afin de laver son honneur, M. Espérance soutient qu’il a été limogé sur requête expresse du gouvernement américain.
Toutefois les deux hommes soulignent que l’enquête comporte des failles et ne permettra pas de rendre justice à la famille du président Moïse.

Publicité