Manifestation de sociétaires en colère , ils réclament la réouverture des coopératives

258

Des sociétaires de plusieurs coopératives ont manifesté , le jeudi 11 juillet 2002, au Bicentenaire à Port-au-Prince pour réclamer la restitution de leur argent. Ces coopérateurs ont mis en doute le plan de dédommagement annoncé dans l’après-midi du mercredi 10 juillet par le président Jean Bertrand Aristide. Ils appellent le gouvernement à créer les conditions pour la réouverture des coopératives qui ont fermé leurs portes afin de récupérer leurs capitaux . » Nous ne voulons pas de l’argent de l’Etat « , ont clamé les sociétaires qui accordent un délai de huit (8) jours au gouvernement. Ils demandent au chef de l’Etat d’assumer ses responsabilités sinon de jeter l’éponge . Au cours d’une rencontre au Palais National , le mercredi 10 juillet , le président Aristide avait assuré les sociétaires victimes d’escroquerie qu’ils seraient dédommagés par le Trésor Public . La restitution se fera à partir d’études techniques réalisées par des experts et les débours de l’Etat n’occasionneront pas d’inflation, avait indiqué Jean Bertrand Aristide qui en a profité pour critiquer le comportement de certains policiers qui exercent des pressions sur les dirigeants de coopératives . Le Chef de l’Etat avait annoncé que des instructions ont été passées à l’nstitution policière pour éviter la répétition de tels faits. M. Aristide avait également annoncé la publication dans le Moniteur (journal officiel) de la loi sur les coopératives d’épargne et de crédit . Le vice-gouverneur de la Banque Centrale , Hansy Pierre Louis, avait affirmé que toutes les dispositions ont été prises pour donner suite à la décision adoptée par la présidence dans le cadre de la loi fraichement promulguée . M. Pierre Louis de même que le ministre de la justice, Jean Baptiste Brown, le commissaire du gouvernement, Josué Pierre Louis et le directeur general du CNC, Henriot Pétiote, avaient promis , chacun dans son champ de compétence , d’assurer le suivi de la rencontre tenue avec le chef de l’Etat sur l’épineuse question des coopératives. L’économiste Nesmy Manigat a mis en garde les autorités contre toutes nouvelles mesures visant à augmenter davantage le déficit budgétaire .

Publicité