Martelly, Lamothe et Céant sanctionnés par le Canada

355

Le Canada sanctionne trois nouveau membres de la classe politique d’Haïti, dont l’ex-président Michel Martelly, en plus d’annoncer une aide de 16,5 millions de dollars pour aider le pays à faire face à une épidémie de choléra et à lutter contre la corruption.

En Tunisie pour le Sommet de la Francophonie, le premier ministre canadien Justin Trudeau a annoncé lors d’un point de presse que l’ancien président Michel Martelly, ainsi que les anciens premiers ministres Laurent Lamothe et Jean Henry Céant, seraient sanctionnés pour leur participation au financement des gangs armés qui paralysent le pays des Caraïbes.

Les personnes sanctionnées profitent directement du travail des gangs et sont associées à un système de corruption, a déclaré la ministre canadienne des Affaires étrangères, Mélanie Joly.

Les trois hommes politiques ne pourront plus accéder aux comptes et capitaux qu’ils détiennent en sol canadien, le cas échéant.

C’est la deuxième fois en deux jours qu’Ottawa sanctionne des membres de l’élite politique haïtienne. Samedi, Mme Joly a annoncé des sanctions contre un sénateur actif et deux anciens politiciens accusés d’avoir usé de leur charge publique pour protéger et permettre les activités illégales de gangs criminels armés, notamment par le blanchiment d’argent et d’autres actes de corruption.

Des sanctions similaires avaient été annoncées plus tôt en novembre contre le président du Sénat et l’un de ses prédécesseurs, accusés eux aussi de cultiver des liens avec le crime organisé.