Mise en place de la procédure pour le déploiement de la mission 

302

.

Des spécialistes en relation  internationale assurent que la communauté internationale a mis en branle le processus visant au déploiement de la force multinationale.

M. Pierre Antoine Louis  croit que d’ici au 15 décembre 2023, les troupes seront mobilisées par  les divers pays contributeurs.  

À son avis plusieurs états étaient dans l’attente d’une résolution di conseil de sécurité de l’ONU pour mobiliser des troupes pour la force.

Il explique qu’il faut du temps pour réaliser ce processus difficile.  L’expert prédit que les États Unis apporteront un appui logistique au Kenya pour le transport des troupes.  En ce qui a trait à certains véhicules, dont des véhicules blindés de combat d’infanterie, ils devront   être acheminés en Haïti par voie maritime.

 De son côté M. Ricardo Germain souligne que vers la mi novembre les premiers éléments des effectifs seront déjà présents en Haïti. 

Il révèle que le budget est estimé à 400 millions de dollars annuel.

Les experts soutiennent que les victoires militaires ne permettront pas de résoudre définitivement les foyers de gang.  C’est un problème de gouvernance, argue M. Louis considérant l’insécurité comme la conséquence de la mauvaise gouvernance.  <br><br>

Il souligne que la résolution presse les gouvernements à empêcher le transit d’armes vers Haïti. 

M.  Louis explique qu’il ne saurait avoir une attitude triomphaliste à l’approche des bottes étrangères. 

Au contraire il regrette qu’aujourd’hui Haïti soit à genou à cause du comportement puéril des élites.

Il exhorte les dirigeants à  oeuvrer pour asseoir la stabilité et rétablir la sécurité avec l’implication des FADH. LLM / radio Métropole Haïti

Publicité