Mission d’enquête de quatre (4) jours de la Commission des Droits de l’Homme de l’OEA en Haiti

186

La mission de la Commission Intéraméricaine des Droits Humains ( CIDH ) prévue dans la résolution adoptée le 15 janvier 2002 par l’Organisation des Etats Américains (OEA) est attendue , ce mardi 19 février à Port-au-Prince. Cette équipe de la CIDH doit notamment enquêter sur les évènements du 17 décembre caractérisés par une attaque contre le Palais National d’inconnus armés et l’incendie des locaux de l’Opposition par des proches du pouvoir Lavalas . Cette mission présidée par Santiago Canton séjournera quatre (4) jours au pays a confirmé le représentant du secrétaire général de l’OEA en Haiti , Sergio Roméro Cuevas . La Convergence s’en rejouit , Paul Denis , le porte-parole souligne l’intention de l’Opposition de porter plainte contre Lavalas par devant les tribunaux internationaux . L’ancien sénateur indique en avoir fait part à la commission interaméricaine à la fin de janvier 2002. Pour M. Denis , l’arrivée de cette mission sera une occasion de plus pour faire le point sur la détérioration de la situation politique en Haiti . De son côté, Lavalas réserve un accueil mitigé à la mission. Le porte-parole de la présidence ,Jacques Maurice , déclare , à propos des évènements du 17 décembre 2001, que  » la vérité c’est qu’il y a eu un coup d’Etat , qu’on voulait attenter à la vie de Jean Bertrand Aristide , que les locaux de l’Opposition ont été incendiés » . Toutefois, M. Maurice n’a pas indiqué de quel secteur a commandité ces actes.  » Je ne peux l’expliquer ,je ne peux que constater ces violences , déclare le porte-parole de la présidence . Les organisations de Défense des Droits Humains se disent prêtes à travailler avec les délégués de la Commission Interaméricaine des droits de l’homme qui sont attendus ce mardi à Port-au-Prince. Les militants des droits humains souhaitent que la Commission intermericaine fasse un rapport détaillé sur les cas de violations des droits de la personne en Haiti. Les organisations de défense des droits de l’homme précisent que la situation reste préoccupante dans le pays à la veille de l’arrivée des émissaires de la Commission Interaméricaine de l’OEA . La résolution du 15 janvier de l’OEA demande des explications au gouvernement sur les évènements du 17 décembre 2001 comme condition à la reprise des négociations . Le pouvoir Lavalas a jusqu’au 31 mars 2002 pour faire la lumière, arrêter et punir les coupables sous peine de sanctions .

Publicité