Moïse Jean Charles veut poursuivre la lutte

488

Le chef de file de Pitit Dessalines, M. Moïse Jean Charles, appelle à la poursuite de la mobilisation contre le gouvernement et la communauté internationale. L’ex sénateur rejette la formule de conseil présidentiel de la Caricom arguant qu’elle est inadaptée.
Pour lui le secteur des affaires et l’ancien régime ne doivent pas être représentés au sein du conseil. Considérant avoir renversé la coalition du 21 décembre , M. Jean Charles ne comprend pas l’utilité d’une cohabitation.
De plus il précise que sa formation politique est opposée à une intervention militaire étrangère sur le sol national.
L’acceptation de la mission multinationale est une condition sine qua non pour intégrer le conseil présidentiel de transition.
Interrogé sur ses relations avec les gangs, M. Jean Charles nie avoir un quelconque lien avec les auteurs des actes de terreur. À son avis le recours aux armes ne permettra pas à son parti d’obtenir les résultats démocratiques escomptés.
Pour M. Jean Charles la seule proposition viable est celle de son regroupement. Il révèle que plus de 150 partis politiques et 3 500 organisations ont paraphé le document qu’il considère comme historique.
LLM / radio Métropole Haïti

Publicité