Myrlande Manigat refuse de considérer le 7 février comme une date fatidique 

467

La présidente du Haut Conseil de la Transition (HCT), n’est pas obsédée par le 7 fevrier 2024. Tout en reconnaissant t qu’il s’agit d’une date mythique, Mme Myrlande Manigat considère qu’il faut s’assurer de la réalisation des préalables à l’organisation d’élections crédibles. 

En ce sens Mme Manigat met l’accent sur la nécessité de réussir les deux chantiers que sont le vote d’une nouvelle constitution et la formation d’un conseil électoral.  

L’ex sénatrice attire l’attention sur l’obligation de tout mettre en oeuvre pour s’assurer de la légitimité des ces processus. <br><br>

 En ce qui a trait au vote d’une nouvelle constitution, Mme Manigat envisage la formation d’une assemblée constituante. Le processus de formation du CEP risque de prendre du temps puisqu’il faudra soumettre une liste de 20 personalités au HCT,  instance devant, en dernier ressort, désigner les 9 conseillers électoraux.

La présidente du HCT n’entend pas se lancer dans une course contre la montre en constatant que les conditions ne sont pas réunies pour la tenu des élections.  Elle se dit consciente que le prochain régime ne pourra être mis en place le 7 fevrier 2024 comme prévu dans l’accord du 21 décembre.

Dans cette optique Mme Manigat rejette la démarche du Front Uni,  regroupement d’une quinzaine de partis politiques,  qui envisage de forcer le départ du Premier Ministre au 7 février 2024. <br><br> LLM / radio Métropole Haïti 

Publicité