Pas de divergence sur l’après Jovenel au sein de l’opposition selon Danio Cyriac

225

Ceux qui ont lu le texte de l’appel des 5 partis politique de l’opposition en faveur d’une médiation publié la semaine passée ne peuvent que trouver des contradictions avec celui de la correspondance adressée par la direction politique de l’Opposition (DIRPOD) à l’Organisation des Etats Américains (OEA). Au sein même de cette structure Danio Cyriac nie qu’il y ait divergence, il concède simplement des nuances d’appréciation et exprime clairement la position de sa tendance.

«  La DIRPOD souhaite que l’OEA s’implique dans une démarche de résolution de la crise majeure que connait le pays. Cette organisation régionale a des responsabilités envers un membre tel qu’Haïti. »

Par contre la principale revendication de cette branche de l’opposition radicale ne change pas : le départ ordonné du président Jovenel Moïse.

Et cette exigence n’est pas la finalité de l’ouverture de négociation selon le porte parole de l’OPL. Elle en est la condition préalable, laisse-t-il entendre :

« Il y a une règle en politique. Si l’on doit se rencontrer on doit poser les conditions avant. Les départ de l’actuel président, nous permettra également de mettre fin à la situation d’insécurité généralisée que vit le pays. »

Si les partis de l’opposition paraissent encore s’entendre sur le but de  leur lutte, c’est-à-dire le départ de l’actuel chef de l’état. La divergence règne clairement concernant la suite des opérations : longue transition de rupture prôné par la DIRPOD ou petite transition électorale selon le groupe des 5 ? sur ce point le désaccord est total, et pour le moins inexplicable.

AL/ Radio Métropole