Plusieurs parlementaires s’opposent au renvoi du gouvernement

124

Le président du sénat, Kelly Bastien, croit qu’un éventuel renvoi du premier ministre Jacques Edouard Alexis, aura des conséquences négatives sur le processus électoral.Le sénateur Bastien soutient qu’un gouvernement démissionnaire ne pourra pas s’engager sur le dossier du financement de la campagne électoral prévu dans le projet de loi électoral.De plus, le sénateur Kelly Bastien (Lespwa) annonce que les chefs de partis politiques seront consultés par les membres de la commission collectivité territoriale chargée d’étudier la nouvelle loi. » Les partis politiques représentent des acteurs importants et nous devons tenir compte de leurs remarques pour garantir la légitimité de la loi », assure t-il.Le sénateur Bastien dit espérer que le rapport de la commission spéciale sur la nationalité pourra être publié dans les prochaines semaines.De son coté, le sénateur Anacacis Jean Hector ( Lespwa) estime que le moment n’est pas favorable pour le renvoi du gouvernement. » Des députés avant la séance d’interpellation se déclarent prêt à renvoyer le gouvernement, le député Bourgolly dénonce des pots-de-vin de l’ordre de 100 000 dollars par député « , déclare le sénateur Anacacis.Il croit que le premier ministre n’est pas à l’abri d’un vote de censure dénonçant un complot d’un groupe de députés. » Ils ont peut être un candidat pour le poste de premier ministre parce que plusieurs ministres veulent être premier ministre sans compter d’autres candidats au niveau de la présidence », lance le sénateur Anacacis pour qui le renvoi du premier ministre Alexis entraînera une crise politique et économique. » Les députés seront tenus pour responsables de la crise », explique t-il.A la chambre basse, les élus sont dans l’expectative à 48 heures de la séance d’interpellation.Le député de Pétion ville, Steven Benoît (Lespwa) est opposé au renvoi du premier ministre mais réclame un remaniement ministériel. » Je voudrais qu’on accorde un sursis au premier ministre ce qui permettrait d’identifier les ministères inefficaces afin de réaliser le remaniement ministériel », soutient M. Benoît. » Je ne voterai pas pour l’incertitude et l’instabilité », lance Steven Benoît rejetant ainsi l’appel des députés interpellateurs.