Port-de-Paix, port de guerre

783

Plus que la Police Nationale c’est à l’administration générale des douanes (AGD) que revient la primeur de la lutte contre les gangs.
Ce sont les postes de contrôle des douanes qui réduiront à néant les projets des chefs de gangs.


C’est à ce niveau que ce concentre l’effort des autorités gouvernementales haitiennes.


Au moins 3 cargaisons de plusieurs dizaines de milliers de munitions ont été saisies en moins de 72 heures à Port-de-Paix et à Port-au-Prince.


La métropole du Nord Ouest semble être la plaque tournante des trafiquants d’armes et de munitions.
Quelques heures après la saisie de plus de 25 000 cartouches à bord d’un camion qui se dirigeait vers la capitale une grande quantité de munitions a été saisie à bord d’un bateau.


Les personnes appréhendées devraient permettre aux forces de l’ordre de mieux comprendre la stratégie des trafiquants.
L’arrestation de l’ex commissaire du gouvernement de Port-de-Paix est un signal fort des autorités sur la détermination à lutter contre les gangs.


La Douane doit permettre de vider l’arsenal des gangs impliqués dans des conflits de longue durée. Le nouveau directeur général de l’administration générale des douanes a annoncé des séances de formation pour faciliter la découverte de cachettes d’armes et de munitions.
À Port-de-Paix les policiers ont découvert des munitions dans un tonneau qui ressemblait à ceux qui étaient à bord du premier bateau.


Les douaniers devraient avoir à leur disposition des matériels technologiques pour passer au peigne fin les colis.
Les saisies réalisées ne sont pas suffisantes pour diminuer la force des gangs. Cependant elles permettent d’imaginer l’ampleur du trafic d’armes.

LLM / radio Métropole Haïti

Publicité