Poursuite de l’enquête policière sur l’église épiscopale

544

L’enquête tentaculaire sur sur le trafic d’armes impliquant l’église épiscopale se poursuit. La Police judiciaire continue ses investigations ce qui irite l’avocat de cette congrégation, M. Samuel Masistin.


Il dénonce les actes judiciaires des enquêteurs de la Direction Centrale de la Police judiciaire (DCPJ) les qualifiant de contraire à la législation.
Pour le juriste les autorités ne respectent pas la loi en refusant de confier les investigations uniquement à un juge instructeur.


Un comis et un comptable de l’église épiscopale ont été arrêtés vendredi dernier.
M. Masistin soutient qu’il n’a pas été informé des chefs d’accusation retenus contre ces nouveaux inculpés.


M. Masistin critique également les méthodes de la Police judiciaire. Il a laissé entendre que des documents importants, ainsi que des matériels et équipements ont été emportés dans les bureaux de l’église épiscopale.
Il croit qu’un juge instructeur est plus en mesure de réaliser une enquête impartiale.


De son côté le chef du Parquet de Port-au-Prince, M. Jacques Lafontant, a exprimé, le week-end écoulé son inconfort en raison de la poursuite de l’enquête par la Police judiciaire en dépit du lancement de l’investigation par un juge instructeur.


La Police judiciaire est chargée de faire la lumière sur le trafic d’armes et de munitions à partir du port de Port-de-Paix.
L’ex commissaire du gouvernement de Port-de-Paix et un ancien conseiller du ministre de la justice sont écroués dans le cadre de cette affaire.

LLM / radio Métropole Haïti

Publicité