Rebondissement dans l’affaire de l’assassinat de trois jeunes à Carrefour

195

Un rapport interne de la Police Nationale d’Haiti (PNH) accuse plusieurs personnes dont des policiers d’implication dans ce drame qui aurait pour origine une affaire de coeur . Dans ce document dont la Coalition Nationale pour les Droits des Haitiens (NCHR) a obtenu copie , le rapporteur révèle que l’un des trois (3) jeunes assassinés , Angelot Philippe , 22 ans , était l’amant de la dénommée Maudeline , petite amie de Constant ainsi connu , un proche de l’agent 4 , responsable du sous-commissariat de Saint Charles , Ménard Médat. Le rapport fait état de la visite le 3 décembre 2002 de M. Médat à Waney 89 , lieu de résidence des jeunes . Toujours selon le document , l’agent 4 était venu identifié ses futures victimes et révèle que, quelques heures avant le crime le 7 décembre dernier, Ménard Médat avait procédé à un remaniement des groupes de policiers du sous-commissariat . L’enquêteur poursuit que le commissaire Josaphat Civil et Ménard Médat sont considérés par la population de Carrefour comme des  » mercenaires , des zenglendo « . Il indique qu’au moment de son installation , le commissaire avait fait obligation aux responsables du sous-commissariat de Saint Charles et de Gressier de lui verser 1,000 dollars par jour . Le directeur de NCHR, Pierre Espérance , réclame l’arrestation de Josaphat Civil et de ses adjoints . M. Espérance affirme ne pas comprendre que le rapport en date du 20 décembre n’ait pas été suivi d’effets signifcatifs . Pour le militant des droits humains , la direction générale de la police s’est contentée de transférer le commissaire au lieu de le mettre à la disposition de la justice .