Semaine cruciale pour la relance des discussions de sortie de crise

221

La crise politique reprend ses droits après le mois de sursis accordé par la Coupe du Monde de Foot-ball. Cette semaine s’annonce décisive dans la perspective de la reprise des négociations entre Fanmi Lavalas (Pouvoir) et la Convergence Démocratique (Opposition) . Le médiateur de l’Organisation des Etats Américains (OEA), Luigi Einaudi, accompagné du secrétaire général, César Gaviria, devrait arriver cette semaine à Port-au-Prince pour tenter d’obtenir un accord entre les parties. Toutefois, l’application par le Pouvoir de la résolution 806 adoptée par le Conseil Permanent de l’organisation hémisphérique , le 16 janvier 2002 , est la condition sine qua non, à en croire M. Einaudi. A quelques jours du 7 juillet, date du retour du médiateur international, c’est le scepticisme d’autant que La Fanmi Lavalas et la Convergence Démocratique continuent de se chamailler. Jonas Petit, le représentant national a.i. du parti au pouvoir, affirme que le gouvernement a lancé le processus d’application des pré-requis de la Convergence. M. Petit indique que le désarmement est en cours de même que les instructions judicicaires autour de certains crimes politiques . Pour le numéro 2 du parti au pouvoir , les conditions sont réunies pour reprendre les négociations afin de tirer le pays de l’impasse. Jonas Petit soutient que la Convergence Démocratique n’a pas la volonté politique de résoudre la crise . La Convergence Démocratique voit les choses autrement. Micha Gaillard qui avait été chargé du suivi de la rencontre de la Nonciature (face-à-face Aristide/Convergence , 15 juin 2002) avec Jonas Petit soutient que rien n’a été fait. Le porte-parole de l’Opposition qui affirme avoir rencontré à deux (2) reprises M. Petit sur le suivi des conditions posées par la Convergence rappelle que l’Opposition tient à l’application de la Résolution 806 de l’OEA qui met veilleuse les négociations en attendant le châtiment des responsables des auteurs des violences du 17 décembre 2001 . Micha Gaillard considère comme peine perdue le retour à Port-au-Prince dimanche prochain de Luigi Einaudi si Lavalas refuse de respecter ses engagements .

Publicité