Un dirigeant du secteur des affaires réclame une solution à la crise , un evêque propose le référendum

255

Le président de la Chambre Américano-Haïtienne de Commerce et de l’Industrie exhorte les acteurs politiques à se dépasser pour sortir le pays de l’impasse. René Max Auguste affirme que la population est prise en otage par les politiques et le secteur des affaires est menacé de faillite. “Cette situation doit changer” a déclaré le responsable de la HAMCHAM en marge d’un diner-débat. René Max Auguste prône un compromis véritable et loyal pour résoudre cette crise au bénéfice de la population. L’homme d’affaires suggère également un dialogue constructif entre les secteurs privé et public pour trouver des solutions durables aux problèmes socio-économiques qui affectent le pays. A ce diner-débat de la HAMCHAM, le conférencier Kesner Pharel a présenté un tableau très sombre de la situation économique dans le pays. En ce sens, il a appelé les décideurs politiques à travailler en faveur d’une solution rapide à la crise. Le sénateur contesté lavalas Gérald Gilles qui assistait à cette conférence déclare partager les préoccupations du secteur privé en ce qui a trait à la dégradation de la situation économique du pays. Gérald Gilles a une nouvelle fois défendu la position du pouvoir lavalas dans les négociations. Pour sa part, l’évêque de Jérémie, Willy Romélus, souhaite la tenue d’un référendum pour résoudre la crise politique actuelle. Le prélat estime qu’il est temps de mettre un terme à cette crise qui affecte toutes les couches de la société. Mgr Willy Romélus croit que la Constitution haïtienne de 1987 ne peut pas empêcher l’organisation d’un référendum autour de l’impasse politique née des élections législatives et locales du 21 mai 2000.

Publicité