Un économiste dénonce les menaces contre les banques

649

Les menaces contre les banques commerciales haitiennes sont dangereuses juge un économiste
Le docteur en économie Thomas Lalime, déplore les menaces proférées par le chef de file de Pitit Dessalines, M. Moïse Jean Charles,
et plusieurs autres militants politiques à l’encontre des banques commerciales et de la Banque Centrale.
Il soutient qu’une éventuelle mise à exécution de ces menaces ne permettrait en rien d’obtenir les résultats escomptés.


Il s’agirait en fait d’un recul pour toute la société, estime M. Lalime rappellant que les institutions publiques qui avaient été incendiées n’ont jamais été reconstruites.
Il qualifie de vagabondage cet appel à incendier les banques conjurant les acteurs politiques ä éviter une spirale de désordre.


Toutefois Thomas Lalime reconnaît que les autorités monétaires devraient freiner depuis longtemps le désordre dans le taux de change.
Une telle option de détruire les banques est pire que le désordre des spéculations .


Faisant valoir que les dirigeants politiques ne doivent pas sombrer dans la délinquance, M. Lalime lance une mise en garde contre les membres du secteur privé qui doivent également respecter les règles et éviter la délinquance.


Même s’il dit comprendre la colère des citoyens, qui sont pris en tenaille par la vie chère, M. Lalime prédit que la destruction des banques provoquerait une plus grande dégradation du système financier en particulier et de l’État en général.
Dans ce contexte il presse les autorités gouvernementales à rétablir l’ordre dans le secteur de la finance, dans la sécurité publique et dans le secteur informel.


Enfin l’économiste plaide pour que les dirigeants politiques soient proactifss et proposent des solutions pour sortir du marasme économique.

LLM / radio Métropole Haïti

Publicité