Une agence bilatérale de lutte contre les crimes transnationaux

276

Des spécialistes expriment des avis divergents sur la nouvelle unité chargée d’enquêter sur les crimes transnationaux. Si pour le financier, M. William Savary,  c’est une nouvelle institution en charge de la sécurité intérieure des États Unis,  pour le spécialiste en relation internationale,  M. Pierre Antoine Louis, c’est un outil pour combattre le trafic des armes à destination d’Haiti.
M. Savary note que les États Unis disposent déjà de plusieurs institutions dont le Homeland Sécurity, le FBI,  la CIA, entre autres pour empêcher des agressions contre le territoire américain. La nouvelle unité s’inscrit dans un droit extraterritorial,  a fait valoir M. Savary notant que le gouvernement américain attache une priorité à la sécurité intérieure depuis les attentats du 11 septembre.
C’est un rempart pour la sécurité nationale des États Unis, ajoute t-il.
Le spécialiste en relation internationale, M. Pierre Antoine Louis, est convaincu du contraire. Pour lui cette unité tire sa légitimité de la résolution 2653 des Nations Unies qui recommande aux États de freiner le trafic des armes en direction d’Haiti.
Cette unité sera bénéfique pour Haïti,  a t-il laissé entendre faisant valoir que les agents devront faire respecter la législation américaine sur l’exportation d’armes à l’étranger.
Il faut au moins deux permis des départements d’état et du Trésor pour exporter une arme. Dans le même temps les autorités douanières haitiennes devront installer des scanners afin de mieux vérifier les containers en provenance du sud des États Unis notamment.
De plus il signale que les États Unis réalisent des partenariats avec d’autres pays de la caraïbe confrontés au trafic d’armes.
LLM / radio Métropole Haïti

Publicité