Une unité d’élite de la Police accusée de corruption

672

C’est une tâche énorme sur la Police haïtienne, les accusations de corruption d’une unité de combat de la Croix des Bouquets.
Adulés en septembre 2022 pour leur opérations qui avaient mis en déroute les bandits de 400 marozos, les policiers sont maintenant dans la tourmente. Ils sont accusés de vendre leur service de sécurité aux citoyens et aux commerçants.


Les autorités policières haitiennes n’ont toujours pas réagi sur ces graves accusations qui jettent le discrédit sur le corps tout entier.


Les policiers s’étaient evertués à transporter des commerçants pour des montants oscillant entre 500 et 1000 dollars américains, révèle une enquête du Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH).


L’assassinat du policier Lincoln Bien Aimé, dans des conditions troubles, a mis la puce à l’oreille des défenseurs des droits humains. Le RNDDH accuse les policiers de Ti Magali d’avoir refuser de prendre le policier à bord du blindé de transport de troupe afin de transporter leurs clients.


Le frère du policier tué lors de son passage à la croix des bouquets a dénoncé les agents de l’ordre qui ont selon lui livré le policier du BLTS en pâture aux bandits des 400 Marozos.


Ce scandale effraie de nombreux spécialistes qui déplorent une négligence dans la gestion des matériels de la Police. Ils font valoir que ceci donne raison aux représentants de la communauté internationale qui refusent de vendre des blindés et des chars d’assaut à la Police.

LLM / Métropole Haïti

Publicité