Vers la nomination d’un nouveau directeur de la Police ?

241

Le Gouvernement Lavalas exprime son désaccord avec le Chef de la Mission Spéciale de l’Organisation des Etats Américains (OEA) en Haiti , David Lee, qui continue de réclamer la nomination d’un nouvel Etat Major au sein de la Police dans le cadre de la mise en œuvre de la Résolution 822. Le secrétaire d’Etat à la Communication, Mario Dupuy, assimile les déclarations de M. Lee à Radio Métropole à une fuite en avant. En marge du « Mardi de la Presse « du 27 mai 2003, Mario Dupuy a expliqué que la prise de position de l’OEA ne fera que mettre de l’eau au moulin des secteurs de l’Opposition et de la Société Civile qui ont aussi un rôle à jouer. Dans le même temps, le secrétaire d’Etat à la Communication donne la garantie que le gouvernement respectera ses engagements en ce qui a trait aux Résolutions de l’OEA. Alors que Mario Dupuy fait part du désaccord du Pouvoir avec l’approche de M. Lee , le ministre des Affaires Etrangères, Joseph Philippe Antonio, ouvre la voie à toutes sortes de spéculations sur le sort réservé au directeur général a.i. de la Police Nationale d’Haiti (PNH) ,Jean Claude Jean Baptiste . Invité du Journal du Matin de Radio Métropole de ce mercredi 28 mai , M. Antonio a précisé que le gouvernement était flexible non seulement sur le « problème » du directeur de la PNH mais aussi sur la question du Haut Commandement de l’Institution. Le chancelier a tenu à faire remarquer que le choix de M. Jean Baptiste n’a pas été soumis à la sanction du Sénat de la République . En ce sens, Philippe Antonio indique que le responsable de l’Institution Policière doit rassurer « tout le monde « y compris l’International et faire montre de compétence . M. Antonio en a profité pour souligner que l’OEA ne peut pas imposer le choix du dirigeant de la police au chef de l’Exécutif mais reconnait que l’organisation hémisphérique peut être consultée à cet effet , comme le demande la Communauté Internationale.Le chancelier n’a pas voulu indiquer si un nouveau chef de la police sera désigné avant la tenue de l’Assemblée Générale de l’OEA prévue du 8 au 10 juin au Chili. Le 28 mars dernier, lors d’une visite au quartier général de l’unité de maintien de l’ordre (CIMO), à l’occasion de l’anniversaire de la Constitution , le 29 mars, le président Aristide s’en était vivement pris à tous ceux qui contestent le choix de Jean Claude Jean-Baptiste ( accusé d’implication dans le meurtre de l’opposant Sylvio Claude en 1991). M. Aristide avait défendu son choix en affirmant que le nouveau responsable de la police était sérieux et compétent .

Publicité